AddThis Social Bookmark Button
Envoyer Imprimer

Le fonds précieux sort de sa réserve !

 

 

 

 

 

allen3

 

 

 

allen1

 

 

 

 

 

allen2

 

 

 

 

Description du document
Illustré d'eaux-fortes originales par Othon Coubine.- Paris : Aux Aldes, 1927.- 88 p.non paginées : 9 eaux-fortes originales, tirées en sanguine ; in-8 (28 cm).
Tirage à 120 exemplaires, celui-ci spécialement tiré pour la bibliothèque de Montluçon sur vergé de Hollande à filigrane ancien Van Gelder. Marque losangée - Demi-rel. cuir grenat à 5 nerfs. Menues tâches de moisissures au bas des premières pages.

 

Valéry Larbaud (1881-1957)
Ecrivain français, poète, traducteur, né et mort à Vichy, où son père était propriétaire des sources thermales. La fortune familiale lui assure une vie aisée et lui permet de voyager dans toute l'Europe à grand frais (Orient-express, paquebots de luxe…). Sa vie de dandy le mène à Montpellier l'hiver et dans divers stations thermales le reste de l'année pour soigner sa santé fragile.
Il fut remarqué par Octave Mirbeau pour « Poème par un riche amateur ». Son roman sur l'amour adolescent « Fermina Màrquez » fut souvent comparé au Grand Meaulnes d'Alain-Fournier et obtient quelques voix au Goncourt de 1911.
Quand il revient à Vichy, il reçoit ses amis Charles-Louis Philippe, Léon-Paul Fargue et André Gide. Il n'aura pas de descendance. Atteint d'hémiplégie et d'aphasie, il restera 22 ans, cloué dans un fauteuil et ne pourra prononcer qu'une seul phrase « Bonsoir les choses d'ici-bas ».

 

Bleu-Autour
Il aura fallu presque 90 ans pour que l'édition « Idéale » d'Allen de Valéry Larbaud (1927) voit le jour. Le mérite en revient à la maison d'édition Bleu Autour de Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier).
Selon les volontés de l'auteur, Allen est illustré par les gravures sur bois de son ami Paul Devaux, agrémentées d'une suite inédite : Espérance. Le tout est commenté par les meilleurs spécialistes.

 

« Un éloge du voyage et du Bourbonnais »
Dans une luxueuse voiture, cinq érudits – l’Éditeur, le Bibliophile, le Poète, l’Amateur et l’Auteur – partent de Notre-Dame de Paris pour un voyage de douze jours jusqu’à Moulins (Allier). Guère de descriptions de l’itinéraire emprunté, mais une succession de confidences personnelles et de doctes conversations sur Bach, Hölderlin ou Léon-Paul Fargue.


« Palais de cristal »
En chemin, les compagnons de route imaginent un jeu: réveiller les villes endormies, «redorer les pointes des grilles de la sous-préfecture, mettre des poissons rouges dans les bassins des jardins publics, peindre sur des rideaux de fer des emblèmes appropriés au commerce qu’on y fait ou des paysages ou des combinaisons et des rayures de couleurs vives ou tendres, pour que les rues des dimanches et des jours fériés soient moins tristes».

 

Allen (Tous unis et Espérance) 

Double devise du duc Louis II de Bourbon, fils de Pierre Ier, fondateur de l'ordre de l'écu d'or en 1369. Les chevaliers portaient tous un médaillon d'or sur lequel figurait le mot Allen.

Le cerf ailé (très présent dans la symbolique médiévale) personnifiait le duc, rétablit sur ses terres après 10 années de captivité en Angleterre. Le collier qui pendait à son cou, frappé de la devise Allen exprimait quant à lui l'espérance en Dieu et la promesse d'une renaissance éternelle.

Le cerf ailé fut par la suite adopté par le roi Charles VI, neveu du Duc Louis II de Bourbon. Maintes fois stylisé, il demeure aujourd'hui encore l'un des symboles du Bourbonnais.

  

Karine

 

 

Dans vos médiathèques :